Santé Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web! Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.
Médicaments et produits de santé

Sommaire des motifs de décision (SMD) portant sur VYVANSEMC

Si vous avez besoin d'aide pour accéder aux formats de rechange, tels que Portable Document Format (PDF), Microsoft Word et PowerPoint (PPT), visitez la section d'aide sur les formats de rechange.

Contact : Bureau de cardiologie, allergologie et des sciences neurologiques

VYVANSEMC

Dimésylate de lisdexamfétamine, 30 mg et 50 mg, gélules
Shire Canada Inc.
Numéro de contrôle de la présentation : 120534
Émis le 2010/06/10

Ce document est une traduction française du document anglais approuvé.

Avant-propos

Le Sommaire des motifs de décision (SMD) de Santé Canada expose les motifs d'ordre scientifique et réglementaire sur lesquels reposent les décisions de Santé Canada concernant la réglementation des médicaments et des instruments médicaux. Les SMD sont rédigés en langage technique à l'intention des personnes et groupes intéressés aux décisions de Santé Canada portant sur un produit donné et sont le reflet des observations consignées dans les rapports d'évaluation. À ce titre, les SMD servent à compléter et non à répéter l'information contenue dans la monographie de produit.

Nous invitons les lecteurs à consulter le « Guide du lecteur sur le Sommaire des motifs de décision - Médicaments » au sujet de l'interprétation des termes et des abbres utilisés ici. Ils trouveront également dans ce guide un aperçu du processus d'examen des présentations de drogue dans le feuillet intitulé « Comment les médicaments sont examinés au Canada », qui décrit les facteurs pris en considération par Santé Canada au cours du processus d'examen et d'autorisation d'une présentation de drogue. Les lecteurs devraient aussi consulter le document intitulé « Initiative du sommaire des motifs de décision - Foire aux questions ».

Le SMD correspond à l'information dont disposent les autorités de réglementation de Santé Canada au moment de prendre une décision. Les présentations subséquentes examinées à d'autres fins ne sont pas incluses dans la Phase I de la stratégie de mise en oeuvre des SMD. Pour obtenir de l'information à jour sur un produit en particulier, les lecteurs sont priés de consulter la monographie la plus récente de ce produit. Santé Canada fournit également l'information au sujet mises en garde diffusées après la commercialisation ou d'avis émis à la suite d'effets indésirables (EI), les personnes intéressées devraient consulter le site web de Santé Canada.

Pour de plus amples renseignements sur un produit en particulier, les lecteurs peuvent également se rendre sur les sites Web des organismes de réglementation d'autres pays. L'information reçue à l'appui d'une présentation de drogue au Canada peut cependant ne pas être identique à celle reçue par d'autres gouvernements.

Autres politiques et lignes directrices

Les lecteurs sont invités à consulter le site Web de Santé Canada, où ils trouveront d'autres politiques et lignes directrices au sujet des médicaments, notamment le document intitulé « Gestion des présentations de drogues ».

Table des matières

  1. Information sur le produit et la présentation
  2. Avis de décision
  3. Motifs d'ordre scientifique et réglementaire
  4. Étapes importantes de la présentation

1. Information sur le produit et la présentation

Marque nominative :
VYVANSEMC
Fabricant/promoteur :
Shire Canada Inc.
Ingrédient médicinal :
Dimésylate de lisdexamfétamine
Dénomination commune internationale :
Dimésylate de lisdexamfétamine
Concentration :
30 mg et 50 mg
Forme posologique :
Gélule
Voie d'administration :
Orale
Identification numérique de drogue (DIN) :
02322951 - 30 mg
02322978 - 50 mg
Classe pharmaco-thérapeutique (classe ATC) :
Stimulant du système nerveux central pour le traitement du trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité
Ingrédients non médicinaux :
Contenu de la gélule :
cellulose microcristalline, croscarmellose sodique, stéarate de magnésium

Enveloppe de la gélule :
gélatine, dioxyde de titane et un ou plusieurs des ingrédients suivants : D et C rouge numéro 28, D et C jaune numéro 10, FD et C bleu numéro 1, FD et C rouge numéro 40.
Type et numéro de présentation :
Présentation de drogue nouvelle, Numéro de contrôle : 120534
Date de la présentation :
2008/03/07
Date de l'autorisation :
2009/02/19

VYVANSEMC est une marque de commerce utilisée sous une licence de Shire LLC

2. Avis de décision

Le 19 février 2009, Santé Canada a émis à l'intention de Shire Canada Inc. un avis de conformité du produit pharmaceutique VyvanseMC.

VyvanseMC est indiqué pour le traitement du trouble déficitaire de l'attention (TDAH) chez les enfants de 6 à 12 ans.

VyvanseMC contient l'ingrédient médicinal dimésylate de lisdexamfétamine, promédicament de la dextroamphétamine, un stimulant du système nerveux central (SNC). Après une administration orale, le dimésylate de lisdexamfétamine est rapidement absorbé dans le tractus gastro-intestinal et transformé en dextroamphétamine, laquelle est responsable des effets de VyvanseMC sur le TDAH. Le mode d'action thérapeutique de la dextroamphétamine en ce qui concerne le TDAH n'est pas complètement élucidé; cependant, on croit que la molécule inhibe la recapture de la norépinéphrine et de la dopamine dans les neurones présynaptiques, ce qui favorise la libération de ces monoamines dans l'espace extraneuronal.

L'autorisation de commercialisation s'appuie sur des données issues d'études de contrôle de la qualité et d'études non cliniques et cliniques. L'efficacité et l'innocuité de VyvanseMC ont été évaluées à l'aide de deux études cliniques d'une durée de 4 semaines chez des enfants de 6 à 12 ans atteints d'un TDAH. L'une d'elles était une étude de phase III, randomisée, contrôlée avec placebo et menée à double insu et avec groupes parallèles (n = 285). Les patients ont reçu des doses uniquotidiennes de 30, 50 ou 70 mg de VyvanseMC pendant 4 semaines. L'autre étude était une étude de phase II croisée, randomisée, menée à double insu, contrôlée avec placebo et traitement actif, avec doses multiples, de 3 durées et avec 3 traitements (n = 50). Dans cette étude, tous les patients ont reçu un ajustement posologique ouvert pendant 3 semaines au moyen de capsules de sels mixtes d'amphétamine à libération prolongée, puis, ont été randomisés en ce qui concerne la séquence du traitement pour recevoir une même dose de capsules de sels mixtes d'amphétamine à libération prolongée (10, 20 ou 30 mg), de VyvanseMC (30, 50 et 70 mg) ou de placebo une fois par jour, le matin, pendant 1 semaine. Dans les deux études cliniques, on a observé une importante amélioration des symptômes du TDAH chez les patients qui ont été traités par VyvanseMC comparativement à ceux qui ont reçu le placebo. VyvanseMC était généralement bien toléré. Les réactions indésirables observées durant le traitement par VyvanseMC concordaient avec les effets indésirables habituellement associés à l'utilisation d'amphétamine.

VyvanseMC (30 mg et 50 mg, dimésylate de lisdexamfétamine) est offert sous forme de capsule. Chez les enfants de 6 à 12 ans atteints d'un TDAH, qui sont traités pour la première fois ou qui prenaient auparavant un autre médicament, la dose recommandée est de 30 mg une fois par jour, le matin. Si le médecin, selon son bon jugement clinique, décide qu'une dose supérieure à 30 mg/jour est nécessaire, la dose maximale recommandée est alors de 50 mg/jour; l'ajustement de la dose devrait se faire après environ une semaine. Les recommandations concernant la posologie sont décrites dans la monographie de produit.

VyvanseMC est contre-indiqué chez les patients présentant une artériosclérose avancée, une maladie cardiovasculaire symptomatique, une hypertension modérée ou grave, un hyperthyroïdisme, une idiosyncrasie ou une hypersensibilité connue aux amines sympathomimétiques, un glaucome ou une allergie aux amphétamines, à un composant de VyvanseMC ou au contenant. VyvanseMC est aussi contre-indiqué chez les patients qui sont agités ou qui ont des antécédents de toxicomanie. L'administration de VyvanseMC lors de la prise d'inhibiteurs de la monoamine oxydase ou dans les 14 jours suivant la prise de ces médicaments peut entraîner des crises d'hypertension. VyvanseMC devrait être administré selon les conditions décrites dans la monographie de produit, en tenant compte des risques potentiels associés à l'administration de ce produit pharmaceutique. Les conditions détaillées relatives à l'usage de VyvanseMC sont décrites dans la monographie de produit.

Conformément à son examen des données sur la qualité, l'innocuité et l'efficacité du produit, Santé Canada juge que le rapport entre les avantages et les risques de VyvanseMC est favorable au traitement du TDAH.

3. Motifs d'ordre scientifique et réglementaire

3.1 Motifs d'ordre qualitatif

3.1.1 Substance médicamenteuse (ingrédient médicinal)
Renseignements généraux

Le dimésylate de lisdexamfétamine, l'ingrédient médicinal de VyvanseMC, est un promédicament de la dextroamphétamine, un stimulant du système nerveux central. Après administration par voie orale, le dimésylate de lisdexamfétamine est converti en dextroamphétamine (d-amphétamine) active, laquelle est responsable des effets de VyvanseMC sur le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH). Le mode d'action thérapeutique de la d-amphétamine en ce qui concerne le TDAH n'est pas complètement élucidé; cependant, on croit que la molécule inhibe la recapture de la norépinéphrine et de la dopamine dans les neurones présynaptiques, ce qui favorise la libération de ces monoamines dans l'espace extraneuronal.

Procédé de fabrication et contrôles en cours de fabrication

La substance médicamenteuse est produite par synthèse.

Le procédé de fabrication est considéré comme dûment contrôlé dans des limites justifiées.

Caractérisation

La structure du dimésylate de lisdexamfétamine est considérée comme étant élucidée de manière adéquate, et les spectrogrammes ont été fournis. Les propriétés physiques et chimiques ont été décrites et jugées satisfaisantes.

Les impuretés et les produits de dégradation découlant de la fabrication et/ou de l'entreposage ont été signalés et caractérisés. Ces produits étaient conformes aux limites établies par l'International Conference on Harmonisation (ICH) et/ou ont été qualifiés au moyen d'analyses de lots; ils sont donc considérés comme acceptables.

Contrôle de la substance médicamenteuse

Les spécifications de la substance médicamenteuse ont été jugées satisfaisantes.

Les méthodes d'analyse et, s'il y a lieu, les rapports de validation ont été présentés et ont été jugés satisfaisants pour toutes les méthodes d'analyse utilisées dans les tests de libération et de stabilité du dimésylate de lisdexamfétamine.

Le conditionnement de la substance médicamenteuse a été jugé acceptable.

Stabilité

À la lumière des données sur la stabilité fondées sur des essais de longue durée et accélérés qui ont été soumises, la période de contre-essai proposée en ce qui concerne la substance médicamenteuse est considérée comme étant bien étayée et satisfaisante.

3.1.2 Produit pharmaceutique
Description et composition

Les gélules de VyvanseMC (dimésylate de lisdexamfétamine) sont offertes en deux concentrations : 30 mg et 50 mg de dimésylate de lisdexamfétamine. Les gélules contiennent une poudre dont la couleur varie de blanc à ocre clair. La couleur des gélules et l'inscription figurant sur les gélules varient selon la concentration.

  • Les gélules de 30 mg de VyvanseMC ont un corps blanc et une coiffe orange. Elles portent la mention « NRP104 30 mg ».
  • Les gélules de 50 mg de VyvanseMC ont un corps blanc et une coiffe bleue. Elles portent la mention « NRP104 50 mg ».

Les gélules des deux concentrations sont conditionnées dans des bouteilles de polyéthylène haute densité (PEHD) d'une capacité de 100 gélules, munies d'un bouchon en polypropylène (PP).

Les gélules contiennent les ingrédients non médicinaux suivants : cellulose microcristalline, croscarmellose sodique, stéarate de magnésium. L'enveloppe des gélules contient de la gélatine, du dioxyde de titane et un ou plusieurs des ingrédients suivants : D et C rouge numéro 28, D et C jaune numéro 10, FD et C bleu numéro 1, FD et C rouge numéro 40.

Tous les ingrédients non médicinaux (excipients) présents dans le produit pharmaceutique sont autorisés par le Règlement sur les aliments et drogues. Les données sur la stabilité présentées à l'appui de la formulation commerciale proposée attestent la compatibilité du dimésylate de lisdexamfétamine avec les excipients.

Élaboration du produit pharmaceutique

Après examen, les changements apportés au procédé de fabrication et à la formulation tout au long du processus d'élaboration du produit pharmaceutique ont été jugés acceptables.

Procédé de fabrication et contrôles en cours de fabrication

La méthode de fabrication est jugée acceptable, et le procédé est considéré comme dûment contrôlé à l'intérieur de limites justifiées.

Contrôle du produit pharmaceutique

VyvanseMC a été soumis à des tests visant à en vérifier l'identité, l'apparence, l'uniformité, le dosage, la dissolution et la teneur en humidité ainsi qu'à vérifier les concentrations des produits de dégradation, des impuretés liées au médicament et des impuretés microbiologiques; les résultats de ces tests sont tous conformes aux critères d'acceptation. Les spécifications des tests sont considérées comme acceptables.

Les méthodes d'analyse et, s'il y a lieu, les rapports de validation ont été présentés et ont été jugés satisfaisants pour toutes les méthodes d'analyse utilisées dans les tests de libération et de stabilité de VyvanseMC.

Des impuretés et des produits de dégradation découlant de la fabrication et/ou de l'entreposage ont été signalés et caractérisés, mais ils se situaient dans les limites établies par l'ICH et/ou étaient qualifiés à partir d'analyses de lots. Ils sont donc considérés comme acceptables.

Stabilité

À la lumière des données sur la stabilité fondées sur des essais de longue durée et accélérés, la stabilité de VyvanseMC est considérée comme étant acceptable lorsque le produit est entreposé à des températures de 15 à 30 °C dans des bouteilles de PEHD munies d'un bouchon en PP.

La compatibilité du produit pharmaceutique avec le système récipient-fermeture a été établie au moyen de tests officinaux et d'études de stabilité. Le système récipient-fermeture satisfait à tous les critères d'acceptation des tests de validation.

3.1.3 Installations et équipement

L'aménagement, le fonctionnement et les mécanismes de contrôle des installations et de l'équipement utilisés dans la production de VyvanseMC conviennent aux activités et aux produits fabriqués.

Toutes les installations sont conformes aux bonnes pratiques de fabrication.

3.1.4 Évaluation de l'innocuité des agents adventices

La gélatine (excipient) utilisée dans l'enveloppe des gélules est d'origine animale. On a fourni pour ce produit une lettre attestant que le matériel ne provient pas de pays ou de régions touchés par l'encéphalopathie spongiforme bovine/encéphalopathie spongiforme transmissible (ESB/EST), et il est donc considéré comme étant propre à l'usage humain.

3.1.5 Conclusion

L'information fournie sur les caractéristiques chimiques et la fabrication de VyvanseMC indique que la substance médicamenteuse et le produit pharmaceutique peuvent être fabriqués de façon à répondre systématiquement aux spécifications approuvées. Des études appropriées sur l'élaboration et la validation ont été menées, et des contrôles adéquats sont en place pour la commercialisation.

3.2 Motifs non cliniques de la décision

3.2.1 Pharmacologie

VyvanseMC (dimésylate de lisdexamfétamine) est un promédicament de la d-amphétamine. Après administration par voie orale, VyvanseMC est converti en d-amphétamine, le composé responsable de l'activité thérapeutique du médicament dans le traitement du TDAH, et en L-lysine, un acide aminé essentiel naturel.

Une série d'études non cliniques ont été réalisées pour évaluer la pharmacologie et l'innocuité du dimésylate de lisdexamfétamine par rapport à la d-amphétamine. Dans les études de liaison, il ne semble y avoir aucune interaction directe entre le dimésylate de lisdexamfétamine et les sites actifs considérés comme essentiels pour les effets pharmacologiques de la d-amphétamine. Dans les études sur la pharmacodynamique, les effets du dimésylate de lisdexamfétamine administré par voie orale étaient généralement comparables à ceux de la d-amphétamine.

3.2.2 Pharmacocinétique

En administration orale, l'absorption du dimésylate de lisdexamfétamine augmentait de façon non linéaire en fonction de doses croissantes. La présence de dimésylate de lisdexamfétamine n'a pas été décelée dans le tissu cérébral après administration par voie orale chez le rat.

Les principaux métabolites observés dans le plasma, les urines, la bile et les excréments après une administration par voie orale étaient l'amphétamine glucuronidée et l'amphétamine. Ces deux molécules comptaient pour plus de 90 % des métabolites présents dans le plasma après l'administration d'une dose orale. Le médicament était principalement éliminé par voie urinaire. L'élimination du dimésylate de lisdexamfétamine radiomarqué dans les urines et les excréments s'est essentiellement produite au cours des 48 premières heures suivant l'administration de la dose.

3.2.3 Toxicologie

Les études toxicologiques de 1 mois menées chez le rat et chez le chien ont révélé, aux doses intermédiaires, des effets pharmacologiques semblables à ceux d'une dose équimolaire de sulfate de d-amphétamine. Aucune étude n'a été menée sur la toxicité chronique, la cancérogénicité ou la toxicité pour l'appareil reproducteur, car le dimésylate de lisdexamfétamine est un promédicament de la d-amphétamine, laquelle a déjà fait l'objet d'une évaluation relativement à ces paramètres de toxicité.

Les études de mutagénicité, de tératogénicité et de toxicité juvénile n'ont révélé aucun effet toxique inattendu.

Dans les études de pharmacodépendance menées chez les animaux, la lisdexamfétamine a entraîné des effets comportementaux semblables, sur le plan qualitatif, à ceux de la d-amphétamine, un stimulant du système nerveux central (SNC).

Une perte pondérale statistiquement significative a été observée chez les chiens et les rats juvéniles. Chez les rats, on a également observé une diminution liée à la dose de la consommation de nourriture et de la longueur du corps (de la tête à la naissance de la queue). Les doses administrées à ces deux espèces étaient approximativement égales aux doses thérapeutiques recommandées chez l'humain.

3.2.4 Conclusion

À la lumière des résultats des études non cliniques, les profils pharmacologique et toxicologique du dimésylate de lisdexamfétamine concordent avec ceux de la d-amphétamine.

3.3 Motifs cliniques de la décision

3.3.1 Pharmacodynamique

VyvanseMC (dimésylate de lisdexamfétamine) est un promédicament de la d-amphétamine. Après administration par voie orale, VyvanseMC est converti en d-amphétamine, laquelle est responsable de l'activité thérapeutique du médicament. Le mode d'action thérapeutique de la dextroamphétamine en ce qui concerne le TDAH n'est pas complètement élucidé; cependant, on croit que la molécule inhibe la recapture de la norépinéphrine et de la dopamine dans les neurones présynaptiques, ce qui favorise la libération de ces monoamines dans l'espace extraneuronal.

3.3.2 Pharmacocinétique

Après administration par voie orale, le dimésylate de lisdexamfétamine est converti en d-amphétamine et en L-lysine, conversion que l'on croit se produire par métabolisme de premier passage dans l'intestin et/ou le foie. Chez les enfants de 6 à 12 ans, le temps de concentration plasmatique maximale (Tmax) de la d-amphétamine était d'environ 3,5 heures après l'administration d'une dose unique de dimésylate de lisdexamfétamine par voie orale (30 mg, 50 mg ou 70 mg) suivant un jeûne de 8 heures. Le Tmax du dimésylate de lisdexamfétamine était d'environ 1 heure. La pharmacocinétique de la d-amphétamine était linéaire après l'administration d'une dose unique de 30 mg à 70 mg de dimésylate de lisdexamfétamine par voie orale chez les enfants de 6 à 12 ans. Il n'y avait aucune accumulation inattendue de d-amphétamine à l'état d'équilibre chez les adultes bien portants ni aucune accumulation de dimésylate de lisdexamfétamine après l'administration de doses uniquotidiennes pendant 7 jours consécutifs.

La lisdexamfétamine n'est pas métabolisée par les isoenzymes du cytochrome P450. Après l'administration par voie orale de dimésylate de lisdexamfétamine radiomarqué, environ 96 % de la radioactivité a été récupérée dans les urines et seulement 0,3 % de la radioactivité a été récupérée dans les matières fécales au cours d'une période de 120 heures.

3.3.3 Efficacité clinique

L'efficacité et l'innocuité de VyvanseMC (dimésylate de lisdexamfétamine) ont été évaluées à l'aide de deux études cliniques d'une durée de 4 semaines menées chez des enfants de 6 à 12 ans atteints d'un TDAH. L'une des études était une étude de phase III (NRP104.301), et l'autre, une étude de phase II (NRP104.201). L'efficacité à long terme de VyvanseMC, c'est-à-dire après plus de 4 semaines d'utilisation, n'a pas fait l'objet d'une évaluation systématique dans des essais contrôlés.

L'étude de phase III était une étude randomisée, contrôlée avec placebo et menée à double insu, à posologie fixe (n = 285). Les patients ont reçu des doses uniquotidiennes de 30 mg, 50 mg ou 70 mg de VyvanseMC pendant 4 semaines. Le paramètre primaire était la variation du score à l'échelle d'évaluation du TDAH (ADHD Rating Scale) entre la valeur de départ et la valeur à la 4e semaine. Une amélioration statistiquement significative des symptômes de TDAH a été observée dans les trois groupes traités par VyvanseMC par rapport au groupe placebo.

L'étude de phase II était une étude croisée, randomisée, menée à double insu, contrôlée avec placebo et traitement actif, avec doses multiples, de 3 durées et avec 3 traitements (n = 50). Dans cette étude, tous les patients ont reçu un ajustement posologique ouvert pendant 3 semaines au moyen de gélules à libération prolongée de sels mixtes d'amphétamine, puis ont été randomisés en ce qui concerne la séquence du traitement pour recevoir une même dose de sels mixtes d'amphétamine en gélules à libération prolongée (10 mg, 20 mg ou 30 mg), de VyvanseMC (30 mg, 50 mg ou 70 mg) ou de placebo, une fois par jour, le matin, pendant 1 semaine. Le paramètre d'efficacité primaire était la moyenne des scores à l'échelle SKAMP-D (Swanson, Kotkin, Agler, M.Flynn and Pelham-Deportment Scale) attribués par les chercheurs pour huit traitements de 12 heures par jour. Tant VyvanseMC que les gélules à libération prolongée de sels mixtes d'amphétamine ont eu des effets favorables statistiquement significatifs sur les symptômes de TDAH par rapport au placebo.

Les deux études étaient adéquatement contrôlées et ont révélé que VyvanseMC était efficace pour traiter le TDAH chez les enfants de 6 à 12 ans. Aucune étude adéquatement contrôlée n'a été menée chez des sujets de moins de 6 ans ou de plus de 12 ans, de sorte que l'utilisation de VyvanseMC ne peut être autorisée que chez les enfants de 6 à 12 ans.

L'efficacité à long terme de VyvanseMC, c'est-à-dire après plus de 4 semaines d'utilisation, n'a pas fait l'objet d'une évaluation systématique dans des essais contrôlés. Les données dont on dispose sur la relation dose-réponse laissent entendre que les doses de plus de 30 mg/jour ne sont pas associées à une efficacité supérieure, mais elles révèlent que la fréquence des événements indésirables croît en fonction de la dose. Par conséquent, la dose thérapeutique recommandée est de 30 mg/jour, une fois par jour, le matin. Des doses plus élevées peuvent être utilisées à la discrétion du médecin traitant, jusqu'à un maximum recommandé de 50 mg/jour. Les conditions détaillées relatives à l'usage de VyvanseMC sont décrites dans la monographie de produit.

3.3.4 Innocuité clinique

Au total, 401 sujets ont été exposés à VyvanseMC (dimésylate de lisdexamfétamine) dans le cadre du programme de développement clinique. Étant donné que la lisdexamfétamine est un promédicament de la d-amphétamine, une molécule bien connue, et que l'activité pharmacologique du médicament mère est nulle ou très faible, les données sur l'exposition sont jugées adéquates.

Le profil des événements indésirables associés à VyvanseMC dans l'étude de phase III (NRP104.301) et l'étude de phase II (NRP104.201), décrit à la section 3.3.3 Efficacité clinique, concorde avec le profil des événements indésirables normalement associés aux agents sympathomimétiques de type amphétamine. Les réactions indésirables les plus courantes étaient les suivantes : perte d'appétit, insomnie, douleur abdominale haute, céphalée, irritabilité, vomissements, perte de poids, nausées.

Études sur l'abus de médicaments et sur la dépendance

Dans une étude portant sur le potentiel d'emploi abusif chez l'humain, l'administration par voie orale de doses équivalentes de VyvanseMC et de sulfate de d-amphétamine à libération immédiate (100 mg et 40 mg, respectivement) à des personnes ayant des antécédents d'abus de médicaments a montré que la dose de 100 mg de VyvanseMC entraînait des réponses subjectives à l'échelle « effets agréables du médicament » (paramètre primaire) qui étaient considérablement plus faibles que les réponses associées à la dose de 40 mg de d-amphétamine à libération immédiate. Cependant, l'administration par voie orale de 150 mg de VyvanseMC a entraîné une augmentation des réponses subjectives positives à cette échelle, lesquelles réponses étaient statistiquement impossibles à distinguer des réponses subjectives positives obtenues à la suite de l'administration orale de 40 mg de d-amphétamine à libération immédiate et de 200 mg de diéthylpropion.

L'administration intraveineuse de 50 mg de lisdexamfétamine à des personnes ayant des antécédents d'abus de médicaments a entraîné des réponses subjectives positives aux échelles mesurant les « effets agréables du médicament », l'« euphorie », les « effets des amphétamines » et les « effets de Benzedrine » qui n'étaient pas significativement différentes, sur le plan statistique, des réponses obtenues avec le placebo. L'administration d'une dose de 20 mg de d-amphétamine par voie intraveineuse a entraîné des réponses subjectives positives statistiquement significatives à ces échelles.

3.4 Évaluation des avantages/risques et recommandation

3.4.1 Évaluation des avantages/risques

VyvanseMC est un promédicament de la d-amphétamine. Par conséquent, après l'absorption et la conversion de la lisdexamfétamine en d-amphétamine et en l-lysine, les effets pharmacologiques et les événements indésirables sont semblables, sur le plan qualitatif, à ceux qui sont associés à la d-amphétamine. Tous les énoncés relatifs à la classe qui s'appliquent aux médicaments de type amphétamine sont présents dans la monographie de produit de VyvanseMC.

Le promoteur a présenté suffisamment de données pour démontrer que VyvanseMC est efficace dans le traitement du TDAH chez les enfants (de 6 à 12 ans). Par conséquent, l'utilisation de VyvanseMC peut être approuvée chez les enfants de 6 à 12 ans.

Les données dont on dispose sur la relation dose-réponse laissent entendre que les doses de plus de 30 mg/jour ne sont pas associées à une efficacité supérieure, mais elles révèlent que la fréquence des événements indésirables croît en fonction de la dose. Par conséquent, la dose thérapeutique recommandée est de 30 mg/jour, une fois par jour, le matin. Des doses plus élevées peuvent être utilisées à la discrétion du médecin traitant, jusqu'à un maximum recommandé de 50 mg/jour.

VyvanseMC est un médicament visé par l'annexe III de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances et peut entraîner une dépendance physique et psychologique.

L'abus d'amphétamines est un phénomène relativement répandu. Des cas de tolérance, de dépendance psychologique extrême et d'inaptitude sociale grave ont été signalés. Certains patients ont même porté leur dose à des valeurs plusieurs fois supérieures à la dose recommandée. Une interruption subite suivant une période prolongée d'exposition à des doses élevées entraîne une fatigue extrême et une dépression. Il est donc recommandé d'exercer une étroite supervision au moment du sevrage. L'intoxication chronique aux amphétamines peut donner lieu aux manifestations suivantes : dermatose grave, insomnie sévère, irritabilité, hyperactivité, altération de la personnalité. La manifestation la plus grave d'une telle intoxication est la psychose, laquelle est souvent cliniquement impossible à distinguer de la schizophrénie.

En conclusion, les avantages de VyvanseMC dans le traitement du TDAH chez les enfants de 6 à 12 ans l'emportent sur les risques. Des restrictions relatives aux risques associés à ce médicament ont été intégrées dans l'étiquetage et la monographie de produit afin d'encadrer l'utilisation de VyvanseMC.

3.4.2 Recommandation

Après avoir examiné les données sur la qualité, l'innocuité et l'efficacité de ce produit, Santé Canada estime que VyvanseMC a un profil avantages/risques favorable au traitement du TDAH chez les enfants de 6 à 12 ans. La présentation de drogue nouvelle répond aux exigences des articles C.08.002 et C.08.005.1 et, par conséquent, Santé Canada a émis l'Avis de conformité prévu par l'article C.08.004 du Règlement sur les aliments et drogues.

4 Étapes importantes de la présentation
Étapes importantes de la présentation Date
Dépôt de la présentation : 2008/03/07
Examen préliminaire 1
Lettre d'acceptation à l'issue de l'examen préliminaire : 2008/04/25
Examen :
Évaluation de la qualité terminée : 2009/02/17
Évaluation clinique terminée : 2009/02/18
Examen de l'étiquetage terminé : 2009/02/18
Délivrance de l'AC par le directeur général : 2009/02/19