Santé Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Sécurité des produits de consommation

Pesticides et aliments

Sur cette page :

Le maintien d'une bonne santé va de pair avec la consommation d'aliments variés, en particulier des fruits et des légumes frais. Les pesticides jouent un rôle important dans l'accessibilité à un approvisionnement alimentaire abondant, puisqu'ils contribuent à protéger les cultures vivrières et fourragères contre les organismes nuisibles (insectes, mauvaises herbes et maladies fongiques).

Aux défis soulevés par la lutte contre les organismes nuisibles indigènes s'ajoutent ceux liés à l'introduction et à la propagation au Canada d'espèces animales et végétales exotiques envahissantes en raison de la mondialisation et de l'augmentation du commerce international. En l'absence de mesures de lutte adéquates, les organismes nuisibles peuvent avoir des répercussions négatives considérables sur l'agriculture et la disponibilité de fruits et de légumes frais.

Bien que les pesticides aident à protéger nos réserves alimentaires, plusieurs personnes s'inquiètent des pesticides sur les aliments qu'ils mangent. Il peut subsister dans ou sur les aliments de petites quantités de résidus de pesticides après l'application. Toutefois, ces résidus se dégradent avec le temps si bien que les aliments n'en contiennent plus qu'une très petite quantité au moment de leur consommation.

La vitesse de dégradation dépend du type de pesticide appliqué, des méthodes d'application utilisées et du type d'aliment traité. Ainsi, la quantité et la nature des résidus varient d'un pesticide ou d'un aliment à l'autre.

Santé Canada est responsable de l'homologation des pesticides et de l'acceptation de leurs conditions d'utilisation. Il lui incombe également d'établir des limites maximales de résidus pour ces pesticides.

Salubrité des aliments

Au Canada, la salubrité des aliments constitue une responsabilité partagée, qui exige un effort de collaboration entre les producteurs, l'industrie, les provinces et les organismes fédéraux. Santé Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada collaborent à un certain nombre de programmes qui permettent d'offrir à la population canadienne des aliments salubres, tout en favorisant les bonnes pratiques environnementales chez les producteurs canadiens.

Les producteurs d'aliments contribuent à la salubrité des denrées par l'utilisation et l'amélioration continues de pratiques agricoles et de lutte antiparasitaire exemplaires. Une des pratiques clés est de suivre le mode d'emploi apposé sur l'étiquette des pesticides parce qu'il fournit en effet des instructions pour l'utilisation sécuritaire et appropriée des pesticides. Cela permet de maintenir la quantité de résidus présente dans les aliments en deçà des limites maximales de résidus établies, ce qui contribue à assurer la salubrité de l'approvisionnement alimentaire. Les producteurs participent également à divers programmes « à la ferme » qui sont destinés à mettre en place des procédés efficaces pour assurer la salubrité des aliments dans le cadre de leurs activités quotidiennes.

Le gouvernement du Canada mène des activités visant le respect et l'application de la loi afin de garantir que le producteurs utilisent et appliquent adéquatement les pesticides, et qu'ils respectent les limites maximales de résidus fixées. L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) surveille et assure le respect des limites maximales de résidus de pesticides tant dans les aliments produits au Canada que ceux importés. Selon l'ACIA, les données compilées au cours des dix dernières années indiquent invariablement un niveau de conformité très élevé pour les fruits et les légumes frais.

À titre d'exemple, pour la période 2006 2007 :

  • la quantité de résidus présente dans plus de 99 % des fruits et des légumes cultivés au Canada et dans 99 % des aliments importés soumis à des analyses étaient bien en deçà des limites maximales de résidus établies pour le Canada;
  • parmi les aliments soumis à des analyses, aucun résidu n'a été trouvé dans 90 % des fruits et légumes canadiens et dans 89 % des aliments importés, selon les limites de détection de l'ACIA.

Lorsque les résultats d'analyses effectuées sur un aliment indiquent la présence de résidus en des concentrations excédant les limites établies, certaines mesures coercitives peuvent être prises, dont le retrait de l'aliment des magasins d'alimentation, la saisie des réserves de cet aliment, le rejet des importations et/ou la poursuite des contrevenants.

Produits biologiques

La consommation de produits biologiques ou d'aliments issus de cultures traditionnelles est un choix personnel. Santé Canada réglemente tous les produits visés par des allégations de lutte antiparasitaire, y compris ceux destinés à repousser des organismes nuisibles afin de protéger des cultures biologiques. À ce jour, rien n'indique que la consommation d'aliments issus de cultures traditionnelles pose des risques pour la santé associés à la présence de résidus de pesticides, ni que les aliments biologiques soient plus sûrs pour la consommation.

Réglementation des pesticides au Canada

Santé Canada a pour mandat de réglementer les pesticides en vertu de la Loi sur les produits antiparasitaires et de ses règlements d'application.  Aux termes de cette loi, un pesticide doit d'abord être homologué pour pouvoir être utilisé au Canada.

Avant d'autoriser l'homologation au Canada d'un quelconque pesticide, Santé Canada doit préalablement évaluer suffisamment de données scientifiques, afin de s'assurer que l'utilisation du produit ne soulève aucune préoccupation pour la santé ou pour l'environnement, et qu'il présente une valeur. Pour déterminer si un pesticide a de la valeur, on doit d'abord confirmer qu'il permet de lutter efficacement contre l'organisme nuisible visé lorsqu'il est utilisé conformément au mode d'emploi inscrit sur son étiquette. Les risques sanitaires et environnementaux sont considérés comme étant acceptables s'il existe une certitude raisonnable que, selon les conditions d'homologation proposées, l'exposition au pesticide ou son utilisation ne causera aucun tort à la santé humaine, aux générations futures ou à l'environnement.

Au cours de son processus d'évaluation des risques pour la santé humaine, Santé Canada procède à un examen critique des renseignements scientifiques mis à sa disposition, y compris des données d'études toxicologiques (étude des effets des substances toxiques) et épidémiologiques (étude des maladies dans les collectivités humaines). Santé Canada tient compte en outre des effets d'une exposition unique, d'expositions répétées ou d'une exposition à vie à un pesticide donné. De plus, une attention spéciale est accordée à des personnes plus vulnérables que d'autres, comme les nourrissons et les jeunes enfants, les femmes enceintes, les mères qui allaitent et les personnes âgées. Seules les utilisations associées à des expositions négligeables chez l'humain (de l'ordre de 100 à 1 000 fois inférieures à la dose sans effet nocif observé) sont homologuées au Canada.

Pour s'assurer que les pesticides actuellement sur le marché continuent de satisfaire aux normes canadiennes de protection de la santé et de l'environnement les plus rigoureuses, Santé Canada réévalue les pesticides homologués tous les 15 ans. Une réévaluation peut aussi être entreprise lorsque des renseignements nouveaux et pertinents concernant un pesticide donnent à penser qu'il faut mener une autre étude.

Établissement de limites maximales de résidus

Dans le cadre de son processus d'évaluation des risques pour la santé préalable à l'homologation d'un pesticide, Santé Canada détermine si la consommation de résidus susceptibles d'être demeurés dans ou sur un aliment au moment de sa récolte est acceptable et qu'il est improbable qu'elle présente un risque pour la santé d'un groupe quelconque de personnes, y compris les nourrissons, les enfants et les femmes enceintes. Cette quantité de résidus, attendue suite à l'utilisation d'un pesticide conformément à son mode d'emploi est alors légalement établie en en tant que limite maximale de résidus (LMR) après une consultation publique (nationale et internationale).

L'établissement des LMR vise à s'assurer que l'exposition à des résidus de pesticides ne soulève aucune préoccupation pour la santé humaine. Chaque LMR est fixée pour un pesticide en particulier selon son utilisation sur une catégorie d'aliments précise, en tenant compte des particularités du climat, de la géographie, de la topographie et du réseau hydrographique canadien. Les LMR s'appliquent à des catégories d'aliments qui regroupent, sans s'y limiter, les fruits, les légumes, la viande, les produits laitiers, les céréales et certains aliments transformés. Les LMR fixées par Santé Canada sont évaluées à l'aide de méthodes scientifiques modernes et s'inspirent de celles d'autres grands pays membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Les LMR canadiennes sont établies à des niveaux bien en deçà de la quantité de résidus de pesticides pouvant être préoccupante pour la santé. Ces limites sont établies pour tous les produits alimentaires vendus au Canada, qu'il s'agisse d'un produit importé ou domestique. Afin de s'assurer que les aliments importés satisfont aux normes rigoureuses de Santé Canada en matière de LMR, les résidus de pesticides dans et sur les aliments importés sont mesurés à leur point d'entrée au Canada, avant d'être distribués au Canada.

Guidé par des organisations internationales comme l'OCDE et les Nations Unies, Santé Canada participe avec d'autres pays à l'élaboration de normes et de procédés utilisés partout dans le monde pour la détermination des niveaux de résidus de pesticides acceptables.

Lutte antiparasitaire durable et intégrée

La lutte antiparasitaire durable résulte de l'intégration des stratégies de lutte antiparasitaire, ce qui signifie que toutes les techniques efficaces possibles, y compris les méthodes chimiques et non chimiques, ont été considérées pour se débarrasser des organismes nuisibles d'une manière qui soit économique et respectueuse de l'environnement, et de telle sorte que la santé humaine soit protégée.

Santé Canada encourage la population canadienne, notamment les producteurs, à réduire leur dépendance et leur exposition aux pesticides. Par l'entremise de divers programmes de l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire, Santé Canada travaille avec des partenaires comme Agriculture et Agroalimentaire Canada à faire en sorte que les utilisateurs canadiens de pesticides appliquent les principes de la lutte antiparasitaire durable. Santé Canada travaille également avec les provinces et avec des associations de fabricants de pesticides à des projets de recherche. Ces derniers visent à déterminer et à promouvoir diverses méthodes permettant de combattre efficacement les organismes nuisibles et de prévenir les infestations, ainsi qu'à mettre au point et à rendre accessibles de nouveaux pesticides à risque réduit.

Renseignements additionnels

Pesticides et aliments

Lutte antiparasitaire sécuritaire et responsable

Réglementation des pesticides et évaluation des risques

Visitez le Portail sur la sécurité des consommateurs de Santé Canada pour obtenir des renseignements sur les aliments, la santé et les produits de consommation.